• 1931

  • Gio Ponti à la direction artistique de l’entreprise Luigi Fontana
    Gio Ponti à la direction artistique de l’entreprise Luigi Fontana

    Gio Ponti à la direction artistique de l’entreprise Luigi Fontana

    L’entreprise Luigi Fontana – fondée à Milan en 1881 – débute comme industrie productrice de plaques de verre pour le bâtiment.

    Au cours des dernières années du XIXe siècle, elle développe une production raffinée d’objets d’ameublement – des pièces uniques et sur commande – réalisés en utilisant le verre comme matière première.

    C’est en 1931 que Gio Ponti – alors directeur de la revue Domus – est appelé à la direction artistique de l’entreprise.
    Cette personnalité éclectique compte au nombre des protagonistes du débat culturel de ces années-là. Il est en effet l’un des fondateurs de l’ADI, l’association italienne pour le design industriel, il dirige à plusieurs reprises les programmes de la Triennale de Milan, enseigne à l’École polytechnique de Milan et conçoit des édifices publics et privés, ainsi que des meubles et des objets qui resteront dans l’histoire de l’architecture et du design.

    Parmi les pièces dessinées pour FontanaArte, certaines, telles que les lampes 0024, Bilia, Pirellina et Pirellone et le guéridon Tavolino 1932, sont encore en production.

  • Gio Ponti signe le premier emblème de la marque Fontana : la suspension 0024
    Gio Ponti signe le premier emblème de la marque Fontana : la suspension 0024

    Gio Ponti signe le premier emblème de la marque Fontana : la suspension 0024

    Dans la lampe 0024, le volume primaire par excellence – la sphère – est déterminé par la succession d’éléments bidimensionnels transparents et par les espaces vides laissés entre un élément et l’autre. Un paradoxe qui ne cesse d’étonner : la suspension conçue par Gio Ponti fête ses 80 ans et fait aujourd’hui partie, de plein droit, des icônes du design contemporain.

    Onze disques horizontaux en verre trempé transparent sont traversés par un noyau central lumineux : un diffuseur cylindrique en verre sablé qui contient la source lumineuse et est fermé aux extrémités par deux couvercles en laiton chromé. C’est avec le même matériau qu’est réalisée la structure qui soutient les disques et fixe une distance constante entre chaque disque.
    Aujourd’hui, la suspension est réalisée avec une source lumineuse fluorescente, qui garantit un rendement lumineux optimal et une consommation d’énergie réduite.

    Elle est également disponible au format XXL, sur lequel le diamètre de la version classique a été triplé pour atteindre 150 cm. Un élément d’ameublement à la présence forte pour éclairer les pièces plus vastes avec une indémodable élégance.

  • Cône + sphère = Bilia, la lampe de table extraordinairement actuelle, signée Gio Ponti
    Cône + sphère = Bilia, la lampe de table extraordinairement actuelle, signée Gio Ponti

    Cône + sphère = Bilia, la lampe de table extraordinairement actuelle, signée Gio Ponti

    Si nous ne connaissions pas la date de sa création, nous pourrions penser qu’elle a été dessinée aujourd’hui : Bilia, la lampe de table sortie du crayon de Gio Ponti en 1931 et entrée en production quelques années plus tard, était destinée à devenir une pièce indémodable.

    Un cône renversé surmonté d’une sphère lumineuse : deux formes essentielles et reconnaissables.

    Une composition simple qui devient riche et efficace grâce à l’équilibre extraordinaire des proportions et à l’élégance discrète des matériaux non réfléchissants : le diffuseur est en verre soufflé satiné, la structure en métal nickelé brossé. Quand la sphère blanche s’allume, une douce lumière couleur lait éclaire l’espace ambiant.

  • 1932

  • Gio Ponti commence à collaborer avec Pietro Chiesa et FontanaArte voit le jour
    Gio Ponti commence à collaborer avec Pietro Chiesa et FontanaArte voit le jour

    Gio Ponti commence à collaborer avec Pietro Chiesa et FontanaArte voit le jour

    Pour donner une nouvelle impulsion à la production d’objets d’ameublement prestigieux, Gio Ponti s’associe à Pietro Chiesa pour assumer la direction artistique de l’entreprise Luigi Fontana. L’entreprise absorbe, avec l’illustre maître verrier, tous les ouvriers de son atelier.

    La division de l’entreprise « Fontana Arte » naît tout de suite après, elle couvre la production à caractère plus artisanal : des vitraux artistiques aux séries limitées d’objets d’ameublement et d’éclairage.

    Au cours des années suivantes, les énergies créatives de Pietro Chiesa – un maître éclectique, aussi érudit qu’expérimenté sur le plan technique – jouent un rôle clé dans l’entreprise. Il dessine plus d’un millier d’objets divers, dont certains sont entrés dans l’histoire du design et sont, aujourd’hui encore, en production : la table en verre courbé Fontana (1932), le vase Cartoccio (1932) et le lampadaire Luminator (1933).

  • Tavolino 1932 est le nom du guéridon - dessiné par Ponti - dont la production ne sera jamais arrêtée
    Tavolino 1932 est le nom du guéridon - dessiné par Ponti - dont la production ne sera jamais arrêtée

    Tavolino 1932 est le nom du guéridon - dessiné par Ponti - dont la production ne sera jamais arrêtée

    Deux disques de verre épais et concentriques, soutenus par une structure centrale en laiton nickelé et brossé. C’est Tavolino 1932 : le guéridon baptisé avec son année de naissance et dessiné par Gio Ponti, qui s’était inspiré des plaques de verre industriel destinées au bâtiment et que l’entreprise Luigi Fontana continuait à produire à l’époque.

    Tavolino 1932 allie encore une fois un design à l’avant-garde et une grande fonctionnalité : deux plans d’appui positionnés à deux hauteurs différentes pour une multitude d’utilisations.

    Gio Ponti aborde un thème difficile en le résolvant avec une simplicité extrême : les épaisseurs massives des étagères et du support métallique sont allégés par le mouvement créé par les disques en verre transparent au diamètre décroissant. Tavolino 1932 conserve ainsi une élégance indémodable qui le place parmi les icônes du design contemporain.

  • Un verre qui ressemble à du papier : c'est la matière première de Cartoccio, le vase signé par Pietro Chiesa
    Un verre qui ressemble à du papier : c'est la matière première de Cartoccio, le vase signé par Pietro Chiesa

    Un verre qui ressemble à du papier : c'est la matière première de Cartoccio, le vase signé par Pietro Chiesa

    Une seule matière première – le verre – est façonnée artisanalement pour obtenir une pièce unique.

    C’est Cartoccio : le vase dessiné par le maître verrier Pietro Chiesa en 1932, encore présent, aujourd’hui, dans la collection FontanaArte.
    Le corps s’évase avec un mouvement asymétrique ondulant, qui évoque le comportement d’une feuille de papier… dont s’inspire le nom Cartoccio. Il est conçu pour accueillir un bouquet de fleurs : chaque courbe abrite une tige en formant une composition d’ensemble équilibrée.

    Il doit sa forme à un procédé de production spécial, où une feuille de verre ramollie à haute température est façonnée de manière artisanale, une courbe après l’autre. C’est ce qui fait de Cartoccio une pièce vraiment unique.

  • Un seul matériau et un seul tracé: les ingrédients essentiels de la table basse Fontana
    Un seul matériau et un seul tracé: les ingrédients essentiels de la table basse Fontana

    Un seul matériau et un seul tracé: les ingrédients essentiels de la table basse Fontana

    L’entreprise s’est équipée d’un four spécial – unique en Italie – pour la production de plaques de verre avec toutes les courbures possibles. Gio Ponti s’inspire des potentialités techniques de ces machines – extrêmement innovantes à l’époque – pour concevoir Fontana, qui devient une icône de la table basse de salon, y compris pour les générations futures.

    Le design de Fontana est essentiel : un trait unique courbé de chaque côté pour former les supports du plateau. Un seul matériau employé aussi : une épaisse plaque en verre biseauté, symbole de l’histoire de la production de l’entreprise.

  • 1933

  • Luminator, archétype des lampadaires à émission indirecte, entre dans la collection
    Luminator, archétype des lampadaires à émission indirecte, entre dans la collection

    Luminator, archétype des lampadaires à émission indirecte, entre dans la collection

    Un autre succès de vente de la collection FontanaArte dont la personnalité est si actuelle que sa date de naissance peut paraître inconcevable. Luminator a été dessiné en 1933 par le maître Pietro Chiesa qui a su assembler avec habileté quelques éléments simples et obtenir ainsi un projet à la fois extrêmement innovant et équilibré.

    Un pied long de faible diamètre s’évase vers le haut de manière continue, formant ainsi un cône renversé qui renferme la source lumineuse. Une structure simple, posée sur une base circulaire, qui évoque une torche non seulement par sa forme mais aussi par l’orientation de la source lumineuse.

    Luminator est le premier exemple de lampadaire à émission indirecte : le métal de la structure masque complètement la source lumineuse, qui projette seulement un faisceau de lumière vers le haut. La lumière douce et intense se diffuse ainsi dans la pièce par réflexion.

    Les deux finitions d’une seule couleur – laiton nickelé ou laqué noir – soulignent la continuité et l’essentialité d’un trait incomparable.

  • Présence marquante de FontanaArte à l’exposition aménagée dans le cadre de la Triennale, avec des objets de Ponti et Chiesa
    Présence marquante de FontanaArte à l’exposition aménagée dans le cadre de la Triennale, avec des objets de Ponti et Chiesa

    Présence marquante de FontanaArte à l’exposition aménagée dans le cadre de la Triennale, avec des objets de Ponti et Chiesa

    La marque Fontana présente pour la première fois à la Triennale une collection d’objets signés Ponti et Chiesa. En particulier, Chiesa défie les canons esthétiques traditionnels en exposant une série de lampes de table modulaires avec des tubes opalins fixés par une structure métallique.

    Le lien se renforce entre l’entreprise et Milan, ville du design en devenir, qui voit de plus en plus en FontanaArte l’ambassadrice de nouvelles instances créatives.

  • 1937

  • Naissance de la première version de la 006: une réinterprétation du lampadaire classique selon Pietro Chiesa
    Naissance de la première version de la 006: une réinterprétation du lampadaire classique selon Pietro Chiesa

    Naissance de la première version de la 006: une réinterprétation du lampadaire classique selon Pietro Chiesa

    Le projet initial remonte à 1933 et est signé Pietro Chiesa : une suspension à structure pyramidale, qui unit de façon équilibrée la complexité de son architecture à la pureté formelle des éléments qui la composent.

    En dessinant 006, le maître Chiesa réinterprétait – dans une version déjà contemporaine – les anciens candélabres qui éclairaient grâce à la seule lueur des bougies. Dans un premier temps, le projet d’origine n’est pas intégré au catalogue mais, au cours des années suivantes, il sera ressorti des archives historiques de FontanaArte et réélaboré pour parvenir au design actuel de 006 : une monture aux bras en laiton chromé, sur chacun desquels sont fixées des coupelles en verre soufflé et satiné.

    Les sources lumineuses sont placées à l’intérieur des coupelles et diffusent dans la pièce une lumière intense mais jamais éblouissante.

  • 1954

  • Max Ingrand : le nouveau directeur artistique qui conduit FontanaArte sur la voie de la production industrielle
    Max Ingrand : le nouveau directeur artistique qui conduit FontanaArte sur la voie de la production industrielle

    Max Ingrand : le nouveau directeur artistique qui conduit FontanaArte sur la voie de la production industrielle

    Ce célèbre maître verrier et décorateur français, connu pour les magnifiques vitraux réalisés pour des édifices religieux, arrive à la direction artistique de FontanaArte vers le milieu des années 50.

    Le marché de la décoration est en train de traverser une profonde transformation : grâce au boom économique, il intéresse des couches de plus en plus larges et diversifiées de la population. On assiste ainsi au passage d’une production limitée et de pièces uniques à la grande série, des systèmes artisanaux aux processus essentiellement industriels.

    Max Ingrand est l’acteur de ce passage à FontanaArte : il conduit l’entreprise à une production industrielle plus intense sans jamais perdre de vue l’artisan.

  • Fontana est aussi le nom de l’abat-jour signé Max Ingrand, aujourd'hui encore succès de vente et symbole de l’entreprise
    Fontana est aussi le nom de l’abat-jour signé Max Ingrand, aujourd'hui encore succès de vente et symbole de l’entreprise

    Fontana est aussi le nom de l’abat-jour signé Max Ingrand, aujourd'hui encore succès de vente et symbole de l’entreprise

    En tant que designer, Max Ingrand a projeté de vrais classiques du design : la lampe de table Fontana, par exemple, est encore un des best-seller de l’entreprise dont elle porte le nom.

    Un corps très précieux, presque complètement en verre soufflé blanc : un élément arrondi qui s’allonge vers le haut, surmonté d’un tronc de cône. C’est la forme de la « lampe conique », l’abat-jour par excellence qui a marqué une époque dans le monde de l’éclairage.

    La particularité de la lampe Fontana est l’allumage multiple : la base et l’abat-jour contiennent une ou plusieurs sources lumineuses. La plus grande version permet aussi un éclairage indirect : une autre source lumineuse est positionnée sur le « chapeau » et projette un faisceau de lumière vers le haut. L’allumage différencié permet de répondre à divers besoins d’éclairage : de la faible lueur de la lumière de repos à la lumière intense de lecture en passant par une lumière émotionnelle, d’ambiance, obtenue par émission indirecte.

    Le satinage superficiel du verre blanc confère au profil de Fontana une touche d’élégance intemporelle.

  • 1967

  • Pirellina et Pirellone : une autre collection indémodable signée Gio Ponti, qui évoque le célèbre gratte-ciel de Milan
    Pirellina et Pirellone : une autre collection indémodable signée Gio Ponti, qui évoque le célèbre gratte-ciel de Milan

    Pirellina et Pirellone : une autre collection indémodable signée Gio Ponti, qui évoque le célèbre gratte-ciel de Milan

    Revenu à la direction artistique de l’entreprise, Gio Ponti dessine en 1967 pour FontanaArte une collection de lampes dont la forme et la lumière évoquent la structure d’un gratte-ciel. Elles sont ainsi baptisées Pirellina et Pirellone, comme la célèbre réalisation architecturale milanaise.

    Des projets qui ont aussi en commun une histoire réussie : comme le gratte-ciel est toujours l’un des symboles de la ville de Milan, Pirellone et Pirellina comptent parmi les best-seller de FontanaArte et les classiques éternels de l’éclairage depuis plus de 40 ans.

    Une paire de plaques de verre courbées et maintenues en place par deux éléments métalliques, à la base et à l’extrémité supérieure : une structure simple, obtenue par l’utilisation d’un verre particulièrement résistant aux chocs. Les deux surfaces concaves assemblées accueillent les sources lumineuses dont elles laissent entrevoir la structure par paires disposées sur plusieurs niveaux, quand les lampes sont allumées. Ainsi, les bandes de lumière et d’ombre s’alternent, évoquant le développement vertical des fenêtres d’un gratte-ciel.

    La différence entre Pirellone et Pirellina ? La première est un lampadaire, surmonté d’une source halogène, qui garantit une excellente combinaison de lumière diffuse et indirecte. La seconde est une lampe de chevet, également proposée dans la version plus grande de lampe à poser.

  • 1972

  • Le projet d'Uovo est récupéré dans les archives historiques de l’entreprise. Il entre en production et reste un best-seller pendant 40 ans
    Le projet d'Uovo est récupéré dans les archives historiques de l’entreprise. Il entre en production et reste un best-seller pendant 40 ans

    Le projet d'Uovo est récupéré dans les archives historiques de l’entreprise. Il entre en production et reste un best-seller pendant 40 ans

    Une forme naturelle et symbole de perfection depuis toujours, où cohabitent harmonieusement la symétrie et l’asymétrie : il s’agit de l’œuf, sujet d’un croquis qui est récupéré en 1972 dans les archives historiques de l’entreprise. Dans ce croquis, la coquille contenait une source lumineuse : une idée ironique qui conquiert et devient immédiatement l’un des best-seller de la collection.

    Comme dans la nature, la coquille de la lampe Uovo est un exemple absolu de légèreté : une forme élégante en verre soufflé blanc satiné qui diffuse uniformément une lumière chaude et enveloppante.

    Dans la version à poser, le diffuseur est maintenu en place par une fine monture en métal laqué, dont le motif, ajouré, est caractéristique.
    Dans les trois dimensions disponibles, il y a toute la flexibilité d’une collection pensée pour plusieurs utilisations : de la petite lampe de service – dans sa version la plus petite – à la sculpture lumineuse au premier plan dans l’espace, pour la version la plus grande.

    Aujourd’hui, la lampe Uovo de FontanaArte fête ses 40 ans : elle résiste au temps qui passe et s’intègre toujours parfaitement à l’ameublement actuel.

  • Le système Scintilla inaugure un nouveau secteur, à cheval entre l’éclairage décoratif et l’éclairage technique
    Le système Scintilla inaugure un nouveau secteur, à cheval entre l’éclairage décoratif et l’éclairage technique

    Le système Scintilla inaugure un nouveau secteur, à cheval entre l’éclairage décoratif et l’éclairage technique

    Conçu et produit par Piero Castiglioni avec son père Livio, le système Scintilla représente une nouveauté absolue : alliance du design essentiel et polyvalent d’une lampe décorative et de la capacité d’éclairage propre à un système technique.

    Ces caractéristiques font de Scintilla un modèle particulièrement adapté au monde des points de vente et des grands espaces d’exposition. C’est précisément grâce à ce système innovant que FontanaArte débute sur ce marché. El Très vite, elle y trouve sa place et finit par inaugurer la ligne « Architecture », dédiée aux solutions techniques.

    Dans les premières versions murales et à suspension, une simple structure en acier (chromé ou satiné) soutient la source lumineuse halogène protégée contre les températures élevées par une simple enveloppe cylindrique en verre borosilicate. Le grand succès du système conduit l’entreprise et Piero Castiglioni à proposer – au début des années quatre-vingt – la version « lampadaire », où la structure primaire se fixe à une base et une tige en métal chromé ou en verre bleu.

  • 1979

  • Gae Aulenti à la direction artistique développe de nouvelles synergies entre produit et communication
    Gae Aulenti à la direction artistique développe de nouvelles synergies entre produit et communication

    Gae Aulenti à la direction artistique développe de nouvelles synergies entre produit et communication

    Aux côtés de Carlo Guglielmi, arrive à FontanaArte Gae Aulenti, à laquelle est confiée la direction artistique. L’architecte – qui avait déjà collaboré avec FontanaArte par le passé – est une autre grande héroïne du processus de renouvellement de l’entreprise.

    Gae Aulenti donne immédiatement un nouvel élan créatif à la collection, en signant elle-même des lampes et des objets d’ameublement, encore au catalogue aujourd’hui. Par ailleurs, elle s’entoure d’une équipe de jeunes collaborateurs – confirmation de la vocation de « découvreuse de talents » de l’entreprise – et reconnaît l’importance de certains leviers stratégiques de la communication.

    Alors que Piero Castiglioni la seconde dans le développement de produit, c’est à Pierluigi Cerri qu’est confiée la réalisation graphique et à Daniela Puppa et Franco Raggi l’organisation d’évènements et d’expositions.

  • 1980

  • Tavolo con Ruote entre dans le catalogue: projet surprenant où Gae Aulenti introduit un nouveau style conceptuel
    Tavolo con Ruote entre dans le catalogue: projet surprenant où Gae Aulenti introduit un nouveau style conceptuel

    Tavolo con Ruote entre dans le catalogue: projet surprenant où Gae Aulenti introduit un nouveau style conceptuel

    Un chariot industriel utilisé au siège de FontanaArte pour le transport du verre : tel est l’objet qui a inspiré Gae Aulenti dans la conception de Tavolo con Ruote, exemple d’une élaboration de projet intuitive, née de l’association avec des objets d’usage quotidien et traduite en prototype sans passer par le dessin.

    Dans le projet de Tavolo con ruote, le plateau en bois du chariot industriel est remplacé par une épaisse plaque de verre biseauté – symbole de l’histoire de la production de l’entreprise – à laquelle sont fixées les roulettes industrielles libres.

    C’est ainsi que le remplacement d’un simple élément transforme la nature et la destination d’utilisation de l’objet qui se rapproche ainsi de nombreuses œuvres de l’artiste contemporain Marcel Duchamp.

  • Artisanat et industrie se rencontrent dans Parola, la lampe de table signée par Gae Aulenti et Piero Castiglioni
    Artisanat et industrie se rencontrent dans Parola, la lampe de table signée par Gae Aulenti et Piero Castiglioni

    Artisanat et industrie se rencontrent dans Parola, la lampe de table signée par Gae Aulenti et Piero Castiglioni

    Autre best-seller signé Gae Aulenti, Parola, où coexistent trois différents types de verre issus d’autant de processus de production, artisanaux ou industriels : le verre soufflé opalin de l’abat-jour orientable, le verre industriel borosilicate de la tige – particulièrement transparent et résistant aux chocs – et le verre industriel biseauté de la base.

    C’est pourquoi Parola est considérée, aujourd’hui encore, comme un modèle exemplaire d’intégration entre l’artisanat et l’industrie et comme un symbole de la suprématie de FontanaArte dans le travail du verre.

    Née en 1980 comme lampe de table et comme lampadaire, elle est réalisée l’année suivante dans la version « applique » et utilisée pour éclairer le palais Grassi à Venise.

  • 1987

  • Renzo Piano fait son entrée dans le monde du design avec la collection Teso pour FontanaArte. Quand le verre a la résistance de l’acier…
    Renzo Piano fait son entrée dans le monde du design avec la collection Teso pour FontanaArte. Quand le verre a la résistance de l’acier…

    Renzo Piano fait son entrée dans le monde du design avec la collection Teso pour FontanaArte. Quand le verre a la résistance de l’acier…

    Renzo Piano – architecte de réputation internationale – se mesure pour la première fois au domaine du design en projetant pour FontanaArte une production coordonnée de systèmes d’ameublement en un seul matériau : le verre, symbole de l’histoire de la production de l’entreprise.

    Une collection de très grande valeur, composée d’une table – disponible dans les deux versions avec plateau rectangulaire et circulaire – d’une bibliothèque et d’une console, ouvertes des deux côtés.

    Le plateau et le piètement des tables, de même que les étagères et les montants de la console et de la bibliothèque sont d’épaisses plaques de verre stratifié. Des éléments distincts assemblés grâce à la tension créée par un système spécial de tirants en métal chromé, qui transforme les structures en monobloc.

    Les formes et les configurations modulaires simples de Teso cachent ainsi toute la complexité d’une structure tendue, architecture récurrente dans les projets signés Renzo Piano.

  • 1988

  • Franco Raggi projette Velo: heureux résultat d’un procédé de soustraction
    Franco Raggi projette Velo: heureux résultat d’un procédé de soustraction

    Franco Raggi projette Velo: heureux résultat d’un procédé de soustraction

    Une fine feuille de verre suspendue, une présence presque éthérée soutenue par des crochets en aluminium fixés à des tirants d’acier filiformes. Une forme essentielle : un écran rectangulaire dont la partie centrale est en verre sablé pour éviter l’éblouissement. Un matériau particulier, très résistant et en même temps léger : il s’agit du verre utilisé pour les ogives des navettes spatiales, trempé chimiquement et si flexible qu’on peut le plier à la main.

    Velo est un projet obtenu par soustraction de poids, de matière et de forme, pour un résultat esthétique caractérisé par une rigoureuse unité stylistique.

  • 1992

  • Prima Signora : l’élégance inimitable de la marque de Daniela Puppa
    Prima Signora : l’élégance inimitable de la marque de Daniela Puppa

    Prima Signora : l’élégance inimitable de la marque de Daniela Puppa

    Un trépied chromé dont le sommet s’enfile, de façon inattendue, dans une précieuse sphère en verre soufflé blanc. Ses lignes essentielles, associées de manière inédite, pour un effet d’ensemble très équilibré. Voilà en quoi consiste Prima Signora : le lampadaire signé Daniela Puppa, qui fait déferler sur la collection de FontanaArte une vague d’élégance féminine.

  • FontanaArte achète Candle et apprend de nouveaux langages
    FontanaArte achète Candle et apprend de nouveaux langages

    FontanaArte achète Candle et apprend de nouveaux langages

    L’entreprise vient d’avoir soixante ans. Elle a déjà écrit des pages importantes de l’histoire du design contemporain et la marque FontanaArte s’est désormais affirmée au niveau international comme une référence d’excellence de l’éclairage.

    Le moment est donc venu de relancer l’entreprise, de commencer à dialoguer plus intensément avec les nouvelles générations. C’est dans cet esprit qu’en 1993 FontanaArte acquiert Candle et en fait une division de l’entreprise, qui se consacre à la réalisation d’une collection conçue pour un public jeune. Les projets de Candle sont donc confiés à de nouveaux noms du design, ils s’ouvrent à de nouveaux langages, à des matériaux et à des procédés de production inédits et arrivent sur le marché avec un standard de qualité élevé à des prix plus contenus.

  • Nobi: autre projet qui unit la plus grande fonctionnalité au design décoratif
    Nobi: autre projet qui unit la plus grande fonctionnalité au design décoratif

    Nobi: autre projet qui unit la plus grande fonctionnalité au design décoratif

    Le filon inauguré au début des années 70 par le système Scintilla des Castiglioni, continue, vingt ans plus tard, à se développer avec le système Nobi, conçu par le cabinet Metis.

    Une circonférence en métal chromé ou satiné et un diffuseur de forme circulaire, formé de deux cercles en verre moulé, sablé et trempé : deux éléments essentiels qui recèlent un système complexe.

    Les deux verres concaves assemblés sont en effet maintenus en place par un système de petites pinces et fixés à la structure métallique avec deux axes sur lesquels est montée l’ampoule. Le diffuseur peut ainsi tourner sur lui-même et donc orienter dans différentes directions le flux lumineux intense de la source halogène. L’utilisation du réflecteur, appliqué sur un côté du diffuseur, permet d’obtenir des effets supplémentaires : en orientant le faisceau de lumière vers le mur ou le plafond, Nobi devient un système à émission indirecte.

    Innovante et proposée en trois versions - lampadaire, applique et suspension -, Nobi garantit une fonctionnalité maximale tout en conservant des éléments décoratifs dans son design.

  • 1993

  • Sara: petite lampe de table, signée par Pierluigi Cerri, marque l’ouverture à de nouveaux matériaux et processus de production
    Sara: petite lampe de table, signée par Pierluigi Cerri, marque l’ouverture à de nouveaux matériaux et processus de production

    Sara: petite lampe de table, signée par Pierluigi Cerri, marque l’ouverture à de nouveaux matériaux et processus de production

    Le point de départ est la lampe de table classique à abat-jour conique. Pierluigi Cerri, l’âme graphique de FontanaArte dès le début des années quatre-vingt, réduit le format, affine et simplifie les formes et allège les matériaux. C’est ainsi que naît Sara, la petite lampe de table doté d’un diffuseur en polycarbonate, avec laquelle les matières plastiques font leur entrée dans la collection FontanaArte.

    Depuis toujours en première ligne pour la production en verre – industriel et artisanal – FontanaArte s’ouvre en effet, au début des années quatre-vingt-dix à de nouveaux matériaux et procédés de production, enrichissant et diversifiant une collection déjà polyédrique.

  • 1995

  • David Chipperfield, Foster + Partners, Alvaro Siza, Vico Magistretti - Une collection née de grandes collaborations et de la recherche de talents
    David Chipperfield, Foster + Partners, Alvaro Siza, Vico Magistretti - Une collection née de grandes collaborations et de la recherche de talents

    David Chipperfield, Foster + Partners, Alvaro Siza, Vico Magistretti - Une collection née de grandes collaborations et de la recherche de talents

    Outre le fait d’avoir associé son nom à de grands personnages qui l’ont menée au succès, comme Gio Ponti, Pietro Chiesa et Gae Aulenti, l’histoire de FontanaArte est marquée par de prestigieuses collaborations et un dialogue fructueux avec des architectes de renommée internationale tels que David Chipperfield, Vico Magistretti, Steven Holl, Norman Foster, Alvaro Siza et Renzo Piano.

    Ce qui a donné naissance à une collection riche et multiforme : des lampes d’une grande personnalité qui se réfèrent à des styles conceptuels consolidés.

    Mais FontanaArte n’a jamais cessé de dialoguer avec les jeunes créateurs émergents, confirmant ainsi sa vocation de découvreuse de talents. Comme dans la meilleure tradition italienne de l’atelier d’art, où le savoir était transmis en travaillant ensemble, de la même manière FontanaArte est depuis toujours un atelier bouillonnant d’idées pour les talents du design.

  • 1997

  • FontanaArte achète la maison historique Naskaloris
    FontanaArte achète la maison historique Naskaloris

    FontanaArte achète la maison historique Naskaloris

    Naskaloris, une entreprise spécialisée dans l’éclairage de table pour toutes les exigences de travail, est achetée par FontanaArte. La renommée de cette marque est liée à la lampe Naska, brevetée sous des formes rudimentaires dès 1933.

    FontanaArte se lance donc aussi dans ce nouveau secteur, en proposant sur le marché un niveau de spécialisation élevé dans un nombre croissant de domaines d’intervention.

  • 1998

  • ADI récompense FontanaArte par le Compasso d’Oro pour la naissance du climat de création
    ADI récompense FontanaArte par le Compasso d’Oro pour la naissance du climat de création

    ADI récompense FontanaArte par le Compasso d’Oro pour la naissance du climat de création

    FontanaArte est au sommet de sa croissance quand elle est récompensée par ADI avec le Compasso d’Oro pour la carrière.

    On mesure le climat de création, né de la gestion de Carlo Guglielmi, à tous les aspects de sa vie quotidienne: collaboration avec les plus grands noms de l’architecture internationale, focalisation sur le projet, longue tradition artisanale et innovation technologique.

  • 2005

  • L’activité destinée aux gros marchés s’intensifie et FontanaArte éclaire nombre de projets prestigieux
    L’activité destinée aux gros marchés s’intensifie et FontanaArte éclaire nombre de projets prestigieux

    L’activité destinée aux gros marchés s’intensifie et FontanaArte éclaire nombre de projets prestigieux

    L’université Bocconi, le Piccolo Teatro, la pinacothèque de Brera et le quartier Bovisa à Milan ; l’Université Loyola, le siège de Fendi et les bureaux de Pfizer à Rome ; la cathédrale de Saint Elie à Beyrouth, le centre sportif Caja Mágica à Madrid, la Triennale de Séoul et l’Hôtel Radisson à Dubaï : ce ne sont que quelques-uns des prestigieux projets éclairés par la collection FontanaArte.

    En réunissant dans le même catalogue une vaste gamme de solutions d’éclairage architectural et décoratif, FontanaArte devient un acteur important dans le secteur des collectivités.

  • 2010

  • FontanaArte entre dans le Groupe Nice
    FontanaArte entre dans le Groupe Nice

    FontanaArte entre dans le Groupe Nice

    Décembre 2010 – Nice SpA signe l’achat de 60% du capital de FontanaArte S.p.A.

    Février 2012 – Nice SpA achète les 40% restants.

    Nice SpA travaille dans le secteur de la domotique et projette, produit et commercialise des systèmes pour l’automatisation de portails, portes de garage, barrières routières, systèmes de parking, stores, volets roulants, écrans pare-soleil pour bâtiments résidentiels, commerciaux, industriels et systèmes d’alarme sans fils.

    Le groupe compte près de 40 entreprises.
    C’est une rencontre entre deux entreprises de pointe italiennes : l’une jeune, née en 1993, l’autre historique, avec un long passé et une grande tradition derrière elle. Toutes deux expriment la culture et le style italien tant en matière de qualité du produit que d’excellence du design, innovation et service.

    Pour Nice SpA, cette acquisition est la continuation physiologique de son parcours stratégique, l’entrée dans des secteurs complémentaires en vue de solutions intégrées pour la maison. Pour FontanaArte, Nice est l’occasion de construire une solide base industrielle pour l’avenir et de faciliter la recherche stratégique d’un nouveau langage international.

  • 2011

  • Sole inaugure l’ouverture aux sources lumineuses de dernière génération
    Sole inaugure l’ouverture aux sources lumineuses de dernière génération

    Sole inaugure l’ouverture aux sources lumineuses de dernière génération

    Autre projet à cheval entre éclairage technique et décoratif, comme Scintilla au début des années 70 et Nobi au début des années 90, Sole allie la valeur décorative d’un design essentiel et le cœur technologique d’une carte Led particulièrement évoluée. Encombrement très réduit, facilité de montage, haute efficacité lumineuse, rendu chromatique naturel de la lumière, émission lumineuse réglable et économie d’énergie importante : ce sont les avantages offerts par la technologie de Sole.

    Sa carte LED fonctionne en effet à la tension de réseau et elle ne requiert donc pas d’encastrement spécial pour loger le transformateur. La carte LED est un quadrilatère auquel est également liée la forme de la lampe, semblable à celle d’un carreau.

  • 2012

  • Giorgio Biscaro à la direction artistique
    Giorgio Biscaro à la direction artistique

    Giorgio Biscaro à la direction artistique

    Né à Vercelli en 1978, Giorgio Biscaro est appelé à la direction artistique de FontanaArte.

    Il obtient sa maîtrise de dessin industriel à l’université de Venise avec une thèse sur les lampes à diodes électroluminescentes, puis collabore avec plusieurs marques de design avant d’ouvrir, en 2007, son propre cabinet.

    En 2009/2010, il expose au salon Satellite où il obtient des commentaires enthousiastes de la presse et du public. En 2011, la revue Case da Abitare le classe parmi les vingt jeunes designers italiens les plus talentueux. L’année suivante, le rendez-vous d’Euroluce le confronte aussitôt à l’histoire de FontanaArte qui, en 2012, fête justement ses quatre-vingts ans.

  • Yumi, une synthèse absolue destinée à devenir un nouveau classique universel
    Yumi, une synthèse absolue destinée à devenir un nouveau classique universel

    Yumi, une synthèse absolue destinée à devenir un nouveau classique universel

    Yumi, le lampadaire dessiné par l’architecte japonais Shigeru Ban et présenté à l’occasion d’Euroluce 2011, est sélectionné pour l’Adi Design Index 2012 et nommé par la revue américaine Interior Design « Best of Year » pour la catégorie « éclairage ».

    Yumi est l’union de la délicatesse et de la force : un trait essentiel rencontre une structure résistante et légère réalisée dans un matériau composite revêtu de fibre de carbone, brossé à la surface pour obtenir une finition brillante. 170 LED intégrées dans la structure de la lampe garantissent un encombrement minimal et valorisent la continuité du trait. Les câbles aussi sont totalement incorporés dans la structure, car ils sont réalisés dans un matériau spécial qui résiste aux températures élevées des procédés de production. Yumi diffuse une luminosité chaude et concentrée vers le bas, idéale pour créer une atmosphère intime. Elle caractérise les pièces avec une personnalité à la fois forte et discrète.

  • 2013

  • FontanaArte réinterprète sa tradition en misant sur la contemporanéité
    FontanaArte réinterprète sa tradition en misant sur la contemporanéité

    FontanaArte réinterprète sa tradition en misant sur la contemporanéité

    La grande nouveauté de la collection 2013, présentée à l’occasion d’Euroluce, réside dans la collaboration avec une nouvelle génération de designers internationaux, dans l’utilisation de matériaux non conventionnels pour FontanaArte et dans l’attention toute particulière accordée, durant la phase de conception, à la centralité de la personne dans l’approche de la lumière.

    Plus qu’une nouvelle direction, il s’agit pour FontanaArte d’une vocation à redécouvrir et à consolider : unir aux valeurs esthétiques des solutions adaptées à la vie quotidienne, pour que ses lampes deviennent des éléments fondamentaux et aimés de la maison, capables d’éclairer avec sincérité la beauté de la vie contemporaine.