FontanaArte on Stage

FontanaArte on Stage

-

FontanaArte, la maison italienne de l’éclairage décoratif réinvente l’espace du Corso Monforte entre scène et coulisses. En scène

Une nouvelle conception de magasin, une véritable destination : un lieu dans lequel les différents langages de la collection exclusive et sans âge, par définition, se présentent comme dans une oeuvre d’auteur de la Commedia dell’arte. La nouvelle machine de scène est capable d’unir les pièces les plus récentes des grands maîtres qui ont grandi dans le creuset milanais créé par Gio Ponti en 1932. Les icônes observent les nouveaux acteurs depuis les coulisses, presque en suggérant et en dévoilant l’aura de la culture de la lumière qui se transmet au travers de codes contemporains. 

L’architecte Francesco Librizzi, sicilien de naissance et milanais d’adoption, nouveau directeur artistique de FontanaArte, a développé l’idée d’un « monde de papier » - magie scénographique propre au théâtre - en l’appliquant à la boutique amirale sise au n° 13 du Corso Monforte, qui se transforme en une scène modulaire et à programmer à chaque acte et à chaque changement de scène. Rideau.

En Scène est né de l’idée de progressivité du parcours d’un lieu en évolution constante, sur lequel les lampes de FontanaArte proposeront au public des performances toujours différentes, une identité-pont vers ce qui saura se transformer en un magasin complètement rénové. 

FontanaArte reprend et interprète le concept de maison d’Italie et l’idée d’habitat du monde, avec une approche architecturale et conceptuelle digne de la première culture moderne italienne des années 30, berceau de l’incomparable héritage d’une marque connue dans le monde entier pour son savoir-faire et son élégance.

La « scène fixe » représentée par la maison est l’interprétation même de l’éclairage domestique : intime, efficace, éthéré, empathique. Il se dégage une dimension impérativement privée de la séparation entre deux espaces unis par un ardent jeu de miroirs. Qu’il s’agisse de la chambre d’une demeure ou d’un hôtel, la maison-refuge nous isole de la pollution lumineuse du monde extérieur sauvage, en offrant un équilibre correct entre le vécu et le contemporain. 

Nobles sont les citations pour les sols et les plafonds : le Maître Gio Ponti, qui décréta le passage des marbres polychromes de Pompéi aux techniques novatrices des années Cinquante, avec le marmoléum, jusqu’aux losanges colorés des toiles percées empruntées au monde du théâtre. Manifeste. 

Le premier acte est celui des nouvelles collections capsules. Equatore, des frères du design milanais Oscar et Gabriele Buratti, avec Setareh, de l’architecte gentilhomme Francesco Librizzi.

Montées toutes deux au plafond, ce sont de douces fissures qui se montrent, presque en se réfléchissant sur un sol aux couleurs intenses : les Equatore sont exposées en progression, comme sur un grand escalier. Planétarium. Les Setareh – mot qui veut dire étoile en farsi ancien – sont les acteurs d’un jeu scénographique céleste. Constellation. FontanaArte Stage - The Culture of the Light in Corso Monforte 13, Milano